Jeśli jesteś właścicielem tej strony, możesz wyłączyć reklamę poniżej zmieniając pakiet na PRO lub VIP w panelu naszego hostingu już od 4zł!

CENTURIE VIII

CENTURIE VIII

I.

PAV, NAY, LORON plus feu qu’à sang sera,
Laude nager, fuir grand aux surrez:
Les agassas entree refusera,
Pampon, Durance les tiendra enserez.

II.

Condon & aux & autour de Mirande
Ie voy du ciel feu qui les enuironne:
Sol Mars conioint au Lyon puis Marmande
Foudre, grand gresle, mur tombe dans Garône.

III.

Au fort chasteau de Vigilanne & Resuiers
Sera serré le puisnay de Nancy:
Dedans Turin seront ards les premiers
Lors que de dueil Lyon sera transy.

IV.

Dedans Monech le Coq sera receu,
Le Cardinal de France apparoistra
Par Logation Romain sera deceu,
Foiblesse à l’Aigle, & force au Coq naistra.

V.

Apparoistra temple luisant orné,
La lampe & cierge à Borne & Bretueil:
Pour la lucerne le Canton destourné,
Quand on verra le grand Coq au cercueil.

VI.

Clarté fulgure à Lyon apparante
Luysant, print Malte, subit sera esteinte:
Sardon, Mauris traictera deceuante,
Geneue à Londes à Coq trahison fainte.

VII.

Verceil, Milan donra intelligence
Dedans Tycin sera faicte la playe,
Courir par Saine eau, sang feu par Florence,
Vnique cheoir d’haut en bas faisant maye.

VIII.

Pres de Linterne dans de tonnes fermez,
Chiuaz fera pour l’Aigle la menee,
L’esleu chassé luy ses gens enfermez,
Dedans Turin rapt epouse emmenee.

IX.

Pendant que l’Aigle & le Coq à Sauone
Seront vnis, Mer, Levant & Ongrie,
L’armee à Naples, Palerne, Marque d’Ancone,
Rome, Venise par Barbe horrible crie.

X.

Puanteur grande sortira de Lausanne,
Qu’on ne sçaura lorigine du fait.
L’on mettra hors toute la gent lointaine,
Feu veu au ciel, peuple estranger desfait.

XI.

Peuple infiny paroistra à Vicence
Sans force, feu brusler la basilique:
Pres de Lunage desfait grand de Valence,
Lors que Venise par morte prendra pique.

XII.

Apparoistra aupres de Buffalorre
L’haut & procere entré dedans Milan,
L’Abbé de Foix auec ceux de sainct Morre
Feront la forbe habillez en vilan.

XIII.

Le croisé fere par amour effrenee
Fera par Praytus Bellephoron mourir,
Classe à milans la femme forcenee
Beu breuuage, tous deux apres perir.

XIV.

Le grand credit d’or & d’argent l’abondance
Fera aueugler par libide l’honneur,
Sera cogneu d’adultere l’offence
Qui paruiendra à son grand des-honneur.

XV.

Vers Aquilon grands efforts par homasse
Presque l’Europe & l’Vniuers vexer,
Les deux eclypses mettra en telle chasse,
Et aux Pannon vie & mort renforcer.

XVI.

Au lieu que HIERON fait la nef fabriques.
Si grand deluge sera & si subite,
Qu’on n’aura lieu ne terre s’attaquer,
L’onde monter Fesulan Olympique.

XVII.

Les biens aisez subit seront desmis,
Par les trois freres le monde mis en trouble.
Cité marine saisiront ennemis,
Fain, feu, sang, peste, & de tous maux le double.

XVIII.

De Flore issue de sa mort sera cause,
Vn temps deuant par ieune & vieille bueyre
Car les trois lys luy feront telle pause,
Par son fruit sauue comme chair crue mueyre.

XIX.

A soustenir la grande cappe troublee,
Pour l’esclaircir les rouges marcheront:
De mort famille sera presque accablee,
Les rouges le rouge assommeront.

XX.

Le faux message par election feinte,
Courir par vrben rompue pache arreste:
Voix acheptee, de sang chappelle teinte,
Et à vn autre l’empire contraicte.

XXI.

Au port de Agde trois fustes entreront,
Pourtant l’infect, non foy & pestilence,
Passant le pont mil milles embleront,
Et le pont rompre à tierce resistance.

XXII.

Gorsan, Narbonne, par le sel aduertir
Tucham, la grace Parpignan trahie,
La ville rouge n’y voudra consentir,
Par haute vol drap gris vie faillie.

XXIII.

Lettres trouuees de la Royne les coffres,
Point de subscrit sans aucun non d’autheur:
Par la police seront cachez les offre,
Qu’on ne sçaura qui sera l’amateur.

XXIV.

Le lieutenant à l’entree de lhuys
Assommera le grand de Parpignan,
En se cuidant sauuer à Monpertuis,
Sera deceu bastard de Lusignan.

XXV.

Coeur de l’amant ouuert d’amour fortiue
Dans le ruisseau fera rauir la Dame:
Le demy mal contrefera lassiue,
Le pere à deux priuera corps de l’ame.

XXVI.

De Caton és trouues en Barcelonne,
Mys decouuers lieu retrouuers & ruyne,
Le grand qui tient ne tient voudra Pamplonne,
Par l’abbage de Monferrat bruyne.

XXVII.

La voye auxelle l’vne sur l’autre fornix
Du muy deser hor mis braue & genest,
L’escript d’Empereur le fenix
Veu à celuy ce qu’à nul autre n’est.

XXVIII.

Les simulachres d’or & d’argent enflez,
Qu’apres le rapt au feu furent iettez,
Au descouuert estaincts tous & troublez,
Au marbre escripts, prescrips intergetez.

XXIX.

Au quart pillier lon sacre à Saturne,
Par tremblant terre & deluge fendu
Soubs l’edifice Saturnin trouuee vrne,
D’or Capion rauy & puis rendu.

XXX.

Dedans Tholouse non loing de Beluzer,
Faisant vn puys loing, palais d’espectacle
Thresor trouué vn chacun ira vexer,
Et en deux locz tour & pres delvasacle.

XXXI.

Premier grand fruict le Prince de Pesquiere:
Mais puis viendra bien & cruel malin,
Dedans Venise perdra sa gloire fiere,
Et mis à mal par plus ioyue Celin.

XXXII.

Garde toy Roy Gaulois de ton nepueu,
Qui fera tant que ton vnique fils
Sera meurtry à Venus faisant voeu;
Accompagné de nuict que trois & six.

XXXIII.

Le grand naistra de Veronne & Vincence,
Qui portera vn surnom bien indigne
Qui à Venise voudra faire vengeance,
Luy mesme prins homme du guet & sine.

XXXIV.

Apres Victoire du Lyon au Lyon
Sus la montaigne de IVRA Secatombe
Delues & brodes septiesme million
Lyon, Vlme à Mansol mort & tombe.

XXXV.

Dedans l’entree de Garone & Bayse
Et la forest non loing de Damazan
Du mar saues gelees, puis gresle & bize
Dordonnois gelle par erreur de mesan.

XXXVI.

Sera commis conte oindre aduché
De Saulne & sainct Aulbin & bel l’oeure
Pauer de marbre de tours loings espluché
Non Bleteram resister & chef d’oeuure.

XXXVII.

La forteresse aupres de la Tamise
Cherra par lors le Roy dedans serré:
Aupres du pont sera veu en chemise
Vn deuant mort, puis dans le fort barré.

XXXVIII.

Le Roy de Bloys dans Auignon regner
Vne autre fois le peuple emonopolle
Dedans le Rosne par murs fera baigner
Iusques à cinq le dernier pers de Nolle.

XXXIX.

Qu’aura esté par Prince Bizantin,
Sera tollu par prince de Tholouses
La foy de Foix par le chef Tholentin
Luy faillira, ne refusant l’espouse.

XL.

Le sang du Iuste par Taurer la daurade,
Pour se venger contre les Saturnins
Au nouueau lac plongeront la maynade,
Puis marcheront contre les Albanins.

XLI.

Esleu sera Renard ne sonnant mot,
Faisant le fait public viuant pain d’orge,
Tyrannizer apres tant à vn cop,
Mettant à pied des plus grands sur la gorge.

XLII.

Par auarice par force, & violence
Viendra vexer les siens chef d’Orleans,
Pres sainct Memire assaut & resistance
Mort dans sa tante diront qu’il dort leans.

XLIII.

Par le decide de deux choses bastards,
Nepueu du sang occupera le regne,
Dedans lectoyre seront les coups de dards,
Nepueu par peur pliera l’anseigne.

XLIV.

Le procree nature dogmion,
De sept à neuf du chemin destorner:
A Roy de longue & amy au my hom.
Doit à Nauarre fort de PAV prosterner.

XLV.

La main escharpe & la iambe bandee,
Longs puis n’ay de Calais portera,
Au mot du guet la mort sera tardee,
Puis dans le temple à Pasque saignera.

XLVI.

Pol mensolee mourra trois lieües du rosne,
Fuis les deux prochains tarasc destrois:
Car Mars fera le plus horrible trosne,
De coq et d’aigle de France freres trois.

XLVII.

Lac Transmenien portera tesmoignage,
Des coniurez sarez dedans Perouse
Vn despolle contrefera le sage:
Tuant Tedesque sterne & minuse.

XLVIII.

Saturne en Cancer, Iupiter auec Mars,
Dedans Feurier Chaldondon saluterre,
Saut Castallon assailly de trois pars,
Pres de Verbiesque conflit mortelle guerre.

XLIX.

Satur, au boeuf ioüe en l’eau, Mars en fleiche,
Six de Feurier mortalité donra,
Ceux de Tardaigne à Bruge si grand breche,
Qu’à Ponteroso chef Barbarin mourra.

L.

La pestilence l’entour de Capadille,
Vne autre faim pres de Sagont s’appreste:
Le chevalier bastard de bon senille,
Au grand de Thunes fera trancher la teste.

LI.

Le Binzantin faisant oblation,
Apres auoir Cordube à soy reprinse:
Son chemin long repos pamplation,
Mer passant proy par la Golongna prinse

LII.

Le Roy de Bloys dans Auignon regner.
D’Amboise & semer viendra le long de Lyndre:
Ongle à Poytiers sainctes aisles ruiner,
Deuant Boni.

LIII.

Dedans Bolongne voudra lauer ses fautes,
Il ne pourra au temple du soleil:
Il volera faisant choses si hautes,
En hierarchie n’en fut oncq vn pareil.

LIV.

Soubs la couleur du traicté mariage,
Fait par magnanime par grand Chyren selin:
Quintin, Arras recouurez au voyage,
D’espagnols fait second banc maclin.

LV.

Entre deux fleuues se verra enserré,
Tonneaux & caques vnis à passer outre:
Huict ponts rompus chef à tant enferré,
Enfans parfaicts sont iugulez en coultre.

LVI.

La bande foible la terre occupera,
Ceux du haut lieu feront horribles cris:
Le gros trouppeau d’estre coin troublera,
Tombe pres Dinebro descouuers les escris.

LVII.

De soldat simple paruiendra en empire,
De robbe coture paruiendra à la longue:
Vaillant aux armes en Eglise ou plus pyre,
Vexer les prestres comme l’eau fait l’esponge.

LVIII.

Regne en querelle aux freres diuisé,
Prendre les armes & le nom Britannique:
Tiltre Anglican sera tard aduisé,
Surprins de nuict mener à l’air Gallique.

LIX.

Par deux foix haut par deux foix mis à bas,
L’orient aussi l’occident foyblira:
Son aduersaire apres plusieurs combats,
Par mer chasse au besoing faillira.

LX.

Premier en Gaule, premier en Romaine,
Par mer & terre aux Anglois & Paris,
Merueilleux faits par celle grand mesme,
Violant terax perdra le NORLARIS.

LXI.

Iamais par le descouurement du iour,
Ne paruiendra au signe sceptifere:
Que tous ses sieges ne soyent en seiour,
Portant au coq don du TAG armifere.

LXII.

Lors qu’on verra expiler le sainct temple,
Plus grand du rosne leurs sacrez prophaner
Par eux naistra pestilence si ample,
Roy fuit iniuste ne fera condamner.

LXIII.

Quand l’adultere blessé sans coup aura,
Meurdry la femme & les fils par despit,
Femme assommee l’enfant estranglera:
Huict captifs prins, s’estouffer sans respit.

LXIV.

Dedans les Isles les enfans transportez,
Les deux de sept seront en desespoir:
Ceux du terroüer en seront supportez,
Nom pelle prins des ligues fuy l’espoir.

LXV.

Le vieux frustré du principal espoir,
Il paruiendra au chef de son empire:
Vingt mois tiendra le regne à grand pouuoir,
Tiran, cruel en delaissant vn pire.

LXVI.

Quand l’escriture DM trouuee,
Et caue antique à lampe descouuerte,
Loy, Roy, & Prince Vlpian esprouuee,
Pauillon Royne & Duc sous la couuerte.

LXVII.

PAR. CAR. NERSAF, à ruine grand discorde,
Ne l’vn ne l’autre n’aura election,
Nersaf du peuple aura amour & concorde,
Ferrare, Collonne grande protection.

LXVIII.

Vieux Cardinal par le ieusne deceu,
Hors de sa charge se verra desarmé:
Arles ne monstres double soit apperceu,
Et liqueduct & le Prince embausmé.

LXIX.

Aupres du ieune le vieux ange baisser,
Et le viendra surmonter à la fin:
Dix ans esgaux aux plus vieux rabaisser,
De trois deux l’vn huictiesme seraphin.

LXX.

Il entrera vilain meschant, infame
Tyrannisant la Mesopotamie
Tous amis fait d’adulterine dame,
Terre horrible noir de phisonomie.

LXXI.

Croistra le nombres si grand des astronomes
Chassez, bannis & liures censurez.
L’An mil six cens & sept par sacrees glomes,
Que nul aux sacres ne seront asseurez.

LXXII.

Champ Perusin ô l’enorme deffaite,
Et le conflict tout aupres de Rauenne,
Passage sacre lors qu’on fera la feste.
Vainqueur vaincu cheual manger la venne.

LXXIII.

Soldat Barbare le grand Roy frapper,
Iniustement non esloigné de mort
L’auare mere du fait cause sera,
Coniurateur & regne en grand remort.

LXXIV.

En terre neufue bien auant Roy entré,
Pendant subiets luy viendront faire acueil:
Sa perfidie aura tel rencontré,
Qu’aux citadins lieu de feste & recueil.

LXXV.

Le pere & fils seront meurdris ensemble,
Le prefecteur dedans son pauillon:
La mere à Tours du fils ventre aura enfle,
Caiche verdure de fueilles papillon.

LXXVI.

Plus Macelin que Roy en Angleterre,
Lieu obscur n’ay par force aura l’empire:
Lasche sans foy sans loy saignera terre,
Son temps s’approche si pres que ie souspire.

LXXVII.

L’antechrist trois bien tost annichilez,
Vingt & sept ans sang durera sa guerre:
Les heretiques morts, captifs exilez,
Sang corps humain eau rogie gresler terre.

LXXVIII.

Vn bragamas auec la langue torte,
Viendra des dieux le sanctuaire:
Aux heretiques il ouurira la porte,
En suscitant l’Eglise militaire.

LXXIX.

Qui par fer pere perdra n’ay de Nonnaire,
De Gorgon sur la sera sang perfetant:
En terre estrange fera si tout de taire,
Qui bruslera luy mesme & son entant.

LXXX.

Des innocens le sang de vefue & vierge,
Tant de maux faits par moyen se grand Roge:
Sains simulachres trempez en ardant cierge,
De frayeur crainte ne verra nul que boge.

LXXXI.

Le neuf empire en desolation,
Sera changé du pole aquilonaire:
De la Sicile viendra l’esmotion,
Troubler l’emprise à Phillip. tributaire.

LXXXII.

Ronge long sec faisant du bon valet,
A la parfin n’aura que son congie:
Poignant poyson, & lettres au collet,
Sera saisi eschappe en dangie.

LXXXIII.

Le plus grand voile hors du port de Zara,
Pres de Bisance fera son entreprise:
D’ennemy perte & l’amy ne sera,
Le tiers à deux fera grand pille & prinse.

LXXXIV.

Paterne orra de la Sicile crie,
Tous les aprests du goulphre de Trieste,
Qui s’entendra iusque à la trinacrie,
De tant, de voiles fuy, fuy l’horrible peste.

LXXXV.

Entre Bayonne & saint Iean de Lux
Sera posé de Mars la promotoire
Aux Hanix d’Aquilon Nanat hostera lux,
Puis suffoqué au lict sans adiutoire.

LXXXVI.

Par Arnani tholoser isle franque,
Bande infinie par le mont Adrian:
Passe riuiere, Hutin par pont la planque
Bayonne entrer tous Bichoro criant.

LXXXVII.

Mort conspiree viendra en plain effect,
Charge donnee & voyage de mort:
Esleu, cree receu par siens deffait.
Sang d’innocent deuant soy par remort.

LXXXVIII.

Dans la Sardeigne vn noble Roy viendra,
Qui ne tiendra que trois ans le royaume.
Plusieurs couleurs auec soy conioindra,
Luy mesme apres soin sommeil marrit scome.

LXXXIX.

Pour ne tomber entre mains de son oncle,
Qui ses enfants par regner trucidez:
Orant au peuple mettant pied sur Peloncle
Mort & traisné entre cheuaux bardez.

XC.

Quâd des croisez vn trouué de sens trouble,
En lieu du sacre verra vn boeuf cornu:
Par vierge porc son lieu lors sera comble,
Par Roy plus ordre ne sera soustenu.

XCI.

Parmy les champs des Rodanes entrees
Où les croysez seront presques unys,
Les deux brassieres en pises rencontres
Et vn grand nombre par deluge punis.

XCII.

Loing hors du regne mis en hazard voyage
Grand ost duyra pour soy l’occupera,
Le Roy tiendra les siens captif ostage
A son retour tout pays pillera.

XCIII.

Sept moys sans plus obtiendra prelature
Par son decez grand scisme fera naistre:
Sept moys tiendra vn autre la preture
Pres de Venise paix, vnion renaistre.

XCIV.

Deuant le lac ou plus cher fut getté
De sept mois, & son ost desconfit
Seront Hispans par Albanois gastez,
Par delay perte en donnant le conflict.

XCV.

Le seducteur sera mis en la fosse,
Et estaché iusques à quelque temps,
Le clerc vny le chef auec sa crosse:
Pycante droite attraira les contens.

XCVI.

La synagogue sterile sans nul fruit
Sera receue entre les infideles,
De Babylon la fille du porsuit:
Misere & triste luy trenchera les aisles.

XCVII.

Aux fins de Var changer les pompotans,
Pres du riuage les trois beaux enfans naistre:
Ruyne au peuple par aage competans,
Regne au pays changer plus voir croistre.

XCVIII.

De gens d’Eglise sang sera espanché,
Comme de l’eau en si grand abondance:
Et d’vn long temps ne sera restranché,
Ve ve au clerc ruyne & doleance.

XCIX.

Par la puissance des trois Rois temporels,
En autre lieu sera mis le sainct Siege:
Où la substance de l’esprit corporel,
Sera remis & receu pour vray siege.

C.

Pour l’abondance de larme respandue,
Du haut en bas par le bas au plus haut:
Trop grande foy par ieu vie perdue,
De soif mourir par abondant defaut.

AVTRES QVATRAINS

cy deuant imprimez soubz la Centurie huictiesme.

I.

Seront confus plusieurs de leurs attente,
Aux habitans ne sera pardonné:
Qui bien pensoient perseuerer l’attente,
Mais grand loisir ne leur sera donné.

II.

Plusieurs viendront, & parleront de paix,
Entre Monarques & seigneurs bien puissans:
Mais ne sera accordé de si prés,
Que ne se rendent plus qu’autres obeissans.

III.

Las quelle fureur helas quelle pitié,
Il y aura entre beaucop de gens:
On ne vit onc vne telle amitié,
Qu’auront les loups à courir diligens.

IV.

Beaucoup de gens voudront perlementer,
Aux grands seigneurs qui leur feront la guerre:
On ne voudra en rien les escouter,
Helas! si Dieu n’enuoye paix en terre.

V.

Plusieurs secours viendront de tous costez,
De gens loingtains qui voudront resister:
Ils seront tout à coup bien hastez,
Mais ne pourront pour ceste heure assister.

VI.

Las quel desir ont Princes estrangers,
Garde toy bien qu’en ton pays ne vienne:
Il y auroit de terribles dangers
Et en maintes contrées, mesme en la Vienne.

Dodaj komentarz

Twój adres e-mail nie zostanie opublikowany. Pola, których wypełnienie jest wymagane, są oznaczone symbolem *

Step By Step