Jeśli jesteś właścicielem tej strony, możesz wyłączyć reklamę poniżej zmieniając pakiet na PRO lub VIP w panelu naszego hostingu już od 4zł!

CENTURIE I

CENTURIE I

I.

ESTANT assis de nuict secret estude,
Seul reposé sur la selle d’aerain:
Flambe exigue sortant de solitude,
Fait prosperer qui n’est à croire vain.

II.

La vierge en main mise au milieu de Branches
De l’onde il moulle & le l’imbe & le pied:
Vn peur & voix fremissent par les manches:
Splendeur diuine. Le diuin pres s’assied.

III.

Quand la lictiere du tourbillon versee,
Et seront faces de leurs manteaux couuers,
La republique par gens nouveaux vexee,
Lors blancs & rouges iureront à l’enuers.

IV.

Par l’vnivers sera faict vn monarque,
Qu’en paix & vie ne sera longuement:
Lors se perdra la piscature barque,
Sera regie en plus grand detriment.

V.

Chassez seront pour faire long combat,
Par les pays seront plus fort greuez:
Bourg & cité auront plus grand debat.
Carcas. Narbonne auront coeur esprouuez.

VI.

L’oeil de Rauenne sera destitué,
Quand à ses pieds les aisles failliront:
Les deux de Bresse auront constitué,
Turin, Verseil que Gaulois fouleront.

VII.

Tard arriué l’execution faicte,
Le vent contraire lettres au chemin prinses:
Les coniurez XIIIJ. d’vne secte,
Par le Rousseau senez les entreprinses.

VIII.

Combien de fois prinse cité solitaire
Seras changeant ses loix barbares & vaines:
Ton mal s’aproche. Plus seras tributaires
Le grand Hardie recouurira tes veines.

IX.

De l’Orient viendra le coeur Punique
Fascher Hadrie, & les hoires Romulides,
Acompagne de la classe Libique,
Temples Melites & proches Isles vuides.

X.

Serpens transmis en la cage de fer,
Ou les enfans septains du Roy sont pris:
Les vieux & peres sortirons bas de l’enfer,
Ains mourir voir de fruict mort & cris.

XI.

Le mouuement de sens, coeur pieds & mains,
Seront d’accord. Naples, Lyon, Sicile.
Glaiues, feux, eaux, puis aux nobles Romains,
Plongez, tuez, morts par cerueau debile

XII.

Dans peu dira fauce brute fragile
De bas en haut esleué promptement:
Puis en istant desloyale & labile,
Qui de Veronne aura gouuernement.

XIII.

Les exilez par ire, haine intestine,
Feront au Roy grand coniuration:
Secret mettront ennemis par la mine,
Et ses vieux siens contre eux sedition.

XIV.

De gent esclaue chansons, chants & requestes,
Captifs par Princes & Seigneurs aux prisons:
A l’aduenir par idiots sans testes,
Seront receus par diuines oraisons.

XV.

Mars nous menasse par sa force bellique,
Septante fois fera le sang espandre:
Auge & ruyne de l’Ecclesiastique
Et plus ceux qui d’eux rien voudront entendre.

XVI.

Faux à l’estang ioinct vers le Sagittaire,
En son haut AVGE de l’exaltation,
Peste, famine, mort de main militaire,
Le siecle approche de renouation.

XVII.

Par quarante ans l’Iris n’apparoistra,
Par quarante ans tous les iours sera veu:
La terre aride en siccité croistra,
Et grands deloges quand sera apperceu.

XVIII.

Par la discorde Negligence Gauloise,
Sera passage à Mahommet ouuert:
De sang trempé la terre & mer Senoise,
Le port Phocen de voilles & nerfs couuert.

XIX.

Lors que serpens viendront circuer l’arç
Le sang Troyen vexé par les Espaignes:
Par eux grand nombre en sera faicte tarç
Chef fruict, caché aux marcs dans les saignes.

XX.

Tours, Oriens, Blois, Angers, Reims & Nantes,
Cités vexees par subit changement.
Par langues estranges seront tenduës tentes,
Fleuues, dards Renes terre & mer tremblement.

XXI.

Profonde argille blanche nourrit rocher,
Qui d’vn abysme istra lacticineuse,
En vain troublez ne l’oseront toucher,
Ignorant estre au fond terre argilleuse.

XXII.

Ce que viura & n’ayant aucun sens,
Viendront leser à mort son artifice:
Autun, Chalon, Langres, & les deux Sens,
La gresle & glace fera grand malefice.

XXIII.

Au mois troisiesme se leuant le Soleil,
Sanglier, Leopart, au champ mars pour côbatre
Leopart lassé au ciel estend son oeil,
Vn Aigle autour du Soleil voyt s’esbatre.

XXIV.

A cité neuue pensif pour condamner,
L’oisel de proye au ciel se vient offrir:
Apres victoire à captif pardonner,
Cremone & Mâtoue grâds maux aura souffert.

XXV.

Perdu trouué caché de si long siecle,
Sera pasteur demy Dieu honnore:
Ains que la Lune acheue son grand siecle,
Par autres vents sera deshonnoré.

XXVI.

Le grand du foudre tumbe d’heure diurne,
Mal, & predict par porteur postulaire:
Suiuant presage tumbe de l’heure nocturne,
Conflict Reims, Londres, Ettrusque pestifere.

XXVII.

Dessouz le chaine Guien du ciel frappé,
Non loing de là est caché le thresor:
Qui par longs siecles auoit esté grappé,
Trouué mourra, l’oeil creué de ressort.

XXVIII.

La tour de Boucq craindra fuste Barbare,
Vn temps, long temps apres barque hesperique:
gês, meubles, tous deux ferôt grâd tare,
Taurus, & Libra, quelle mortelle picque?

XXIX.

Quand le poisson terrestre & aquatique
Par forte vague au grauier sera mis,
Sa forme estrange suaue & horrifique,
Par mes aux meurs bien tost les ennemis.

XXX.

La nef estrange par le tourment marin,
Abordera pres de port incogneu:
Nonobstant signes de rameau palmerin,
Apres mort pille bon aduis tard venu.

XXXI.

Tant d’ans en Gaule les guerres dureront,
Outre la course du Castulon monarque:
Victoire incerte trois grands couronneront,
Aigle, Coq, Lune, Lyon, Soleil en marque.

XXXII.

Le grand Empire sera tost translaté
En lieu petit, qui bien tost viendra croistre,
Lieu bien infime d’exigue comté,
Où au milieu viendra poser son sceptre.

XXXIII.

Pres d’vn grand pont de plaine spatieuse,
Le grand Lyon par forces Cesarees,
Fera abbatre hors cité rigoreuse,
Par effroy portes luy seront reserrees.

XXXIV.

L’oyseau de proye volant à la senestre,
Auant conflict faict aux François pareure:
L’vn bon prendra, l’vn ambique sinistre,
La partie foible tiendra par son augure.

XXXV.

Le lyon ieune le vieux surmontera,
En champ bellique par singulier duelle:
Dans cage d’or les yeux luy creuera,
Deux classes vne, puis mourir, mort cruelle.

XXXVI.

Tard le monarque se viendra repentir,
De n’auoir mis à mort son aduersaire:
Mais viendra bien à plus haut consentir,
Que tout son sang par mort fera deffaire.

XXXVII.

Vn peu deuant que le Soleil s’absconde,
Conflict donné, grand peuple dubiteux:
Profligez, port marin ne faict response,
Pont & sepulchre en deux estranges lieux

XXXVIII.

Le Sol & l’Aigle au victeur paroistront,
Response vaine au vaincu l’on asseure:
Par cor ne crys harnois n’arresteront,
Vindicte paix par mors si acheue à l’heure.

XXXIX.

De nuict dans lict le supresme estranglé,
Pour trop auoir seiourné blond esleu.
Par trois l’Empire subrogé exanclé,
A mort mettra carte, & pacquet ne leu.

XL.

La trompe fausse dissimulant folie,
Fera Bisance vn changement de loix,
Histra d’Egypte, qui veut que l on deffie
Edict changeant monnoyes & aloys.

XLI.

Siege en cité est de nuict assallie,
Peu eschappé, non loin de mer conflict:
Femme de ioye, retours fils defaillie,
Poison & lettres cachees dans le plic.

XLII.

Le dix Calendes d’Auril de faict Gotique,
Resuscité encor par gens malins:
Le feu estainct, assemblee diabolique,
Cherchant les os du d’Amant & Pselin.

XLIII.

Auant qu’aduienne le changement d’Empire,
Il aduiendra vn cas bien merueilleux:
Le camp mué, le pillier de porphire,
Mis, transmué sus le rocher noilleux.

XLIV.

En bref seront de retour sacrifices,
Contreuenans seront mis à martyre:
Plus ne seront moines, abbes, ne nouices,
Le miel sera beaucoup plus cher que cire.

XLV.

Secteur de sectes grand peine au delateur,
Beste en theatre dressé le ieu scenique,
Du faict antique ennobly l’inuenteur,
Par sectes monde confus & schismatiques.

XLVI.

Tout apres d’Aux de Lestore & Mirande
Grand feu du ciel en trois nuicts tombera:
Cause aduiendra bien stupende & mirande,
Bien peu apres la terre tremblera.

XLVII.

Du lac Leman les sermons fascheront,
Des iours seront reduits par des sepmaines,
Puis moys, puis an, puis tous failliront,
Les Magistras danneront leur loix vaines.

XLVIII.

Vingt ans du regne de la Lune passez,
Sept mil ans autre tiendra sa monarchie:
Quand le Soleil prendra ses iours lassez:
Lors accomplir & mine ma prophetie.

XLIX.

Baucoup auant telles menees,
Ceux d’Orient par la vertu lunaire:
L’an mil sept cens feront grands emmenees,
Subiungant presques le coing Aquilonaire.

L.

De l’aquatique triplicité naistra,
D’vn qui fera le Ieudy pour sa feste:
Son bruit, loz, regne, sa puissance croistra,
Par terre & mer aux Oriens tempeste.

LI.

Chef d’Aries, Iupiter, & Saturne,
Dieu eternel quelles mutations?
Puis par long siecle son maling temps retourne
Gaule & Italie, quelles esmotions?

LII.

Les deux malins de Scorpion conioinct,
Le grand Seigneur meurdry dedans sa salle:
Peste à l’Eglise par le nouueau Roy ioinct,
L’Europe basse & Septentrionale.

LIII.

Las! qu’on verra grand peuple tourmenté,
Et la loy saincte en totale ruine,
Par autres loix toute la Chrestienté,
Quand d’or d’argent trouue nouuelle mine.

LIV.

Deux reuolts faicts du maling falcigere,
De regne & siecles faict permutation:
Le mobil signe à son endroit si ingere,
Aux deux esgaux & d’inclination.

LV.

Soubs l’opposite climat Babilonique,
Grande sera de sang effusion,
Que terre & mer, air, ciel sera inique,
Sectes, faim, regnes pestes, confusion.

LVI.

Vous verrez tost & tard faire grand change,
Horreurs extremes & vindications:
Que si la Lune conduite par son ange,
Le ciel s’approche des inclinations.

LVII.

Par grand discord la terre tremblera,
Accord rompu dressant la teste au ciel,
Bouche sanglante dans le sang nagera,
Au sol la face ointe de laict & miel.

LVIII.

Tranché le ventre naistra auec deux testes,
Et quatre bras: quelques ans entiers viura
Iour qui Alquiloye celebrera ses festes,
Fossen, Turin, chef Ferrare suiura.

LIX.

Les exilez deportez dans les isles,
Au changement d’vn plus cruel monarque
Seront meurtris, & mis deux des scintiles,
Qui de parler ne seront estez parques.

LX.

Vn Empereur naistra pres d’Italie,
Qui à l’Empire sera vendu bien cher:
Diront auec quels gens il se ralie,
Qu’on trouuera moins prince que boucher.

LXI.

La republique miserable infelice
Sera vastee du nouueau magistrat:
Leur grand amas de l’exil malefice
Fera Sueue rauir leur grand contract.

LXII.

La grande perte, las! que feront les lettres,
Auant le ciel de Latona parfaict:
Feu grand deluge plus par ignares sceptres,
Que de long siecle ne se verra refaict.

LXIII.

Les fleurs passees diminue le monde,
Long temps la paix terres inhabitees:
Seur marchera par ciel, terre, mer & onde,
Puis de nouueau les guerres suscitees.

LXIV.

De nuict Soleil penseront auois veu.
Quand le pourceau demy homme on verra:
Bruit chant, bataille au ciel batre apperceu,
Et bestes brutes à parler lon orra.

LXV.

Enfant sans mains iamais veu si grand foudre,
L’enfant Royal au ieu d’oesteuf blessé:
Au puy brises fulgures allant mouldre,
Trois souz les chaines par le milieu troussés.

LXVI.

Celuy qui lors portera les nouuelles
Apres vn peu il viendra respirer,
Viuiers, Tournon, Montferrant & Pradelles,
Gresle & tempestes le fera souspirer.

LXVII.

La grand famine que ie sens approcher,
Souuent tourner, puis estre vniuerselle,
Si grande & longue qu’on viendra arracher
Du bois racine, & l’enfant de mammelle.

LXVIII.

O quel horrible & malheureux teurment,
Trois innocens qu’on viendra à liurer
Poison suspecte, mal gardé tardiment.
Mis en horreur par bourreaux enyurez.

LXIX.

La grand montagne ronde de sept stades,
Apres paix, guerre, faim, inodation,
Roulera loin abismant grands contrades,
Mesmes antiques, & grands fondation.

LXX.

Pluye, faim, guerre en Perse non cessee,
La foy trop grand trahira le monarque:
Par la finie en Gaule commencee,
Secret augure pour à vn estre parque.

LXXI.

La tour marine troys foys prise & reprise,
Par Espagnols, Barbares, Ligurains:
Marseille & Aix, Arles par ceux de Pise,
Vast, feu, fer pillé Auignon des Thurins.

LXXII.

Du tout Marseille des habitans changee,
Course & poursuite iusqu’au pres de Lyon,
Narbon, Tholouse par Bourdeaux outragee,
Tuez captifs presque d’vn milion.

LXXIII.

France à cinq pars par neglect assaillie,
Tunys, Argal esmeuz par Persiens:
Leon, Seuille, Barcellonne faillie,
N’aura la classe par les Venitiens.

LXXIV.

Apres seiourné vagueront en Epire,
Le grand secours viendra vers Anthioche.
Le noir poil crespe rendra fort à l’Empire,
Barbe d’aerain se rostira en broche.

LXXV.

Le tyran Sienne occupera Sauonne,
Le fort gaigné tiendra classe marine:
Les deux armees par la marque d’Anconne,
Par effrayeur le chef s’en examine.

LXXVI.

D’vn nom farouche tel proferé sera,
Que les trois seurs auront fato le nom:
Puis grand peuple par langue & faict dira
Plus que nul autre aura bruit & renom.

LXXVII.

Entre deux mers dreslera promontoire,
Que puis mourra par le mors du cheual:
Le sien Neptune pliera voile noire,
Par Calpre & classe aupres de Rocheual.

LXXVIII.

D’vn chef vieillard naistra sens hebeté,
Degenerant par sçavoir & par armes:
Le chef de France par sa soeur redouté,
Champs diuisez, concedez aux gendarmes.

LXXIX.

Bazaz, Lestore, Condon, Ausch, Agine,
Esmeurs par loix, querelle & monopole:
Car Bourd. Tholouse, Bay mettra en ruine:
Renouueller voulant leur tauropole.

LXXX.

De la sixiesme claire splendeur celeste,
Viendra tonner si fort en la Bourgongne,
Puis n’aystra monstre de tres hideuse beste:
Mars, Auril, May, Iuin, grâd charpin & rongne.

LXXXI.

D’humain troupeau neuf seront mis à part,
De iugement & conseil separez:
Leur sort sera diuisé en depart,
Kappa, Thita, Lambda mors bannis esgarez.

LXXXII.

Quand les colonnes de bois grande tremblee,
D’Auster conduite, couuerte de rubriche:
Tant vuidera dehors grande assemblee,
Trembler Vienne & le pays d’Austriche.

LXXXIII.

La gent estrange diuisera butins,
Saturne en Mars son regard furieux:
Horrible estrange aux Toscans & Latins,
Grecs qui seront à frapper curieux.

LXXXIV.

Lune obscurcie aux profondes tenebres,
Son frere passe de couleur ferrugine:
Le grand caché long temps sous les tenebres,
Tiedera fer dans la playe sanguine.

LXXXV.

Par la response de dame Roy troublé,
Ambassadeurs mespriseront leur vie:
Le grand ses freres contrefera doublé,
Par deux mourront ire, haine & enuie.

LXXXVI.

La grande Royne quand se verra vaincue,
Fera excés de masculin courage,
Sur cheual, fleuue passera toute nue,
Suite par fer: à foy fera outrage.

LXXXVII.

Ennosigee feu du centre de terre,
Fera trembler autour de cité neuue
Deux grâds rochers long têps feront la guerre,
Puis Arethuse rougira nouueau fleuue.

LXXXVIII.

Le diuin mal surprendra le grand Prince,
Vn peu deuant aura femme espousee,
Son appuy & credit à vn coup viendra mince,
Conseil mourra pour la teste rasee.

LXXXIX.

Touts ceux de Iler ne seront dans la Moselle,
Mettant à mort tous ceux de Loire & Seine:
Le cours marin viendra pres d’haute velle,
Quand Espagnols ouurira toute veine.

XC.

Bourdeaux, Poitiers au son de la campagne,
A grande classe ira iusqu’à l’Angon,
Contre Gaulois sera leur tramontane,
Quand monstre hideux naistra pres de Orgô.

XCI.

Les Dieux feront aux humains apparence,
Ce qu’ils seront autheurs de grand conflict:
Auant ciel veu serain espee & lance,
Que vers main gauche se plus grand afflict.

XCII.

Souz vn la paix par tout sera clamee,
Mais non long temps pille, & rebellion,
Par refus ville, terre & mer entamee,
Morts & captifs le tiers d’vn million.

XCIII.

Terre Italique pres monts tremblera,
Lyon & Coq non trop confederez,
En lieu de peur l’vn l’autre s’aidera,
Seul Catulon & Celtes moderez.

XCIV.

Au port Selin le tyran mis à mort,
La liberté non pourtant recouuree:
Le nouueau Mars par vindicte & remort,
Dame par force de frayeur honoree.

XCV.

Deuant moustier trouué enfant besson,
D’heroic sang de moine & vetustique:
Son bruit par secte langue & puissance son,
Qu’on dira fort esleué le vopisque.

XCVI.

Celuy qu’aura la charge de destruire
Temples, & sectes, changez par fantasie:
Plus au rochers qu’aux viuans viendra nuire,
Par langue ornee d’oreilles rassasie.

XCVII.

Ce que fer, flamme n’a sçeu paracheuer,
La douce langue au conseil viendra faire:
Par repos, songe, le Roy fera resuer,
Plus l’ennemy en feu, sang militaire.

XCVIII.

Le chef qu’aura conduit peuple infiny
Loing de son ciel, de moeurs & langue estrange,
Cinq mil en Crete & Thessalie finy,
Le chef fuyant sauué en marine grange.

XCIX.

Le grand monarque que fera compagnie
Auec deux Roys vnis par amitié:
O quel souspir fera la grand mesgnie,
Enfants Narbon à l’entour quel pitié.

C.

Long temps au ciel sera veu gris oyseau,
Aupres de Dole & de Toscane terre:
Tenant au bec vn verdoyant rameau,
Mourra tost grand & finera la guerre.

Dodaj komentarz

Twój adres e-mail nie zostanie opublikowany. Pola, których wypełnienie jest wymagane, są oznaczone symbolem *

Step By Step