Jeśli jesteś właścicielem tej strony, możesz wyłączyć reklamę poniżej zmieniając pakiet na PRO lub VIP w panelu naszego hostingu już od 4zł!

CENTURIE VI

CENTURIE VI

I.

Avtour des monts Pyrenees grans amas
De gent estrange secourir Roy nouueau:
Pres de Garonne du grand temple du Mas,
Vn Romain chef le craindra dedans l’eau.

II.

En l’an cinq cens octante plus & moins,
On attendra le siecle bien estrange:
En l’an sept cens, & trois cieux en tesmoings,
Que plusieurs regnes vn à cinq feront change.

III.

Fleuue qu’esprouue le nouueau nay de Celtique
Sera en grande de l’Empire discordes
Le ieune prince par gent ecclesiastique,
Ostera le sceptre coronal de concorde.

IV.

La Celtiq fleuue changera de riuage,
Plus ne tiendra la cité d’Agripine:
Tout transmué hormis le vieil langage,
Saturne, Leo, Mars, Cancer en rapine.

V.

Si grand famine par vnde pestifere.
Par pluye longue le long du polle arctiques
Samatobryn cent lieux de l’hemisphere,
Viuront sans loy exempt de pollitique.

VI.

Apparoistra vers le Septentrion
Non loing de Cancer l’estoille cheuelue:
Suze, Sienne, Boëce, Eretrion,
Mourra de Rome grand, la nuict disperue.

VII.

Norneigre Dace, & l’Isle Britannique,
Par les vnis freres seront vexees:
Le chef Romain issu de sang Gallique
Et les copies aux forests repoussees.

VIII.

Ceux qui estoient en regne pour sçauoir,
Au Royal change deuiendront appouuris:
Vns exilez sans appuy or n’auoir,
Lettrez & lettres ne seront à grand pris.

IX.

Aux sacrez temples seront faicts escandales,
Comptez seront par honneurs & loüanges:
D’vn que on graue d’argent d’or les medalles,
La fin sera en tourmens bien estranges.

X.

Vn peu de temps les temples des couleurs
De blanc & noir des deux entre meslee:
Rouges & iaunes leur embleront les leurs,
Sang, terre, peste, faim, feu d’eau affollee.

XI.

Des sept rameaux à trois seront reduicts,
Les plus aisnez seront surprins par mort,
Fratricider les deux seront seduicts,
Les coniurez en dormans seront morts.

XII.

Dresser copies pour monter à l’empire,
Du Vatican le sang Royal tiendra:
Flamans, Anglois, Espagne auec Aspire,
Contre l’Italie & France contiendra.

XIII.

Vn dubieux ne viendra loing du regne,
La plus grand part le voudra soustenir.
Vn Capitole ne voudra point qu’il regne,
Sa grande charge ne pourra maintenir.

XIV.

Loing de sa terre Roy perdra la bataille,
Prompt eschappé poursuiuy suiuant prins,
Ignare prins soubs la doree maille,
Soubs feinct habit, & l’ennemy surprins.

XV.

Dessoubs la tombe sera trouué le Prince,
Qu’aura le pris par dessus Nuremberg:
L’espaignol Roy en capricorne mince,
Feinct & trahy par le grand Vvitemberg.

XVI.

Ce que rauy sera de ieune Milue,
Par les Normans de France & Picardie:
Les noirs du temple du lieu de Negrisilue
Feront aulberge & feu de Lombardie.

XVII.

Apres les limes bruslez le rasiniers,
Contrains seront changer habits divers:
Les Saturnins bruslez par les meusniers,
Hors la pluspart qui ne sera couuers.

XVIII.

Par les Phisiques le grand Roy delaissé,
Par sort non art de l’Ebrieu est en vie,
Luy & son genre au regne haut poussé,
Grace donnee à gent qui Christ enuie.

XIX.

La vraye flamme engloutira la dame,
Qui voudra mettre les Innocens à feu:
Pres de l’assaut l’exercite s’enflamme,
Quant dans Seuille monstre en boeuf sera veu.

XX.

L’vnion feincte sera peu de duree,
Des vn changez reformez la pluspart:
Dans les vaisseaux sera gent endurees,
Lors aura Rome vn nouueau Liepart.

XXI.

Quant ceux du polle arctic vnis ensemble,
Et Orient grand effrayeur & craints:
Esleu nouueau, soustenu le grand tremble,
Rodes, Bisence de sang Barbare teincte.

XXII.

Dedans la terre du grand temple celique,
Nepueu à Londre par paix feincte meurtry:
La barque alors deuiendra scimatique,
Liberté feincte sera au corn’ & cry.

XXIII.

D’esprit de regne munismes descriés,
Et seront peuples esmeuz contre leur Roy,
Paix sainct nouueau, sainctes loix empirees,
Rapis onc fut en si tredur arroy.

XXIV.

Mars & le scepte se trouuera conioinct,
Dessoubs Cancer calamiteuse guerre:
Vn peu apres sera nouueau Roy oingt,
Qui par long temps pacifiera la terre.

XXV.

Par Mars contraire sera la monarchie,
Du grand pescheur en trouble ruyneux;
Ieune noir rouge prendra la hirarchie,
Les proditeurs iront iour bruyneux.

XXVI.

Quatre ans le siege quelque peu bien tiendra,
Vn suruiendra libidineux de vie:
Rauenne & Pyse, Veronne soustiendront,
Pour esleuer la croix de Pape enuie.

XXVII.

Dedans les Isles de cinq fleuues à vn,
Par le croissant du grand Chyren Selin:
Par les bruynes de l’air fureur de l’vn,
Six eschapez cachez fardeaux de lyn.

XXVIII.

Le grand Celtique entrera dedans Rome,
Menant amas d’exilez & bannis:
Le grand Pasteur mettra à mort tout homme,
Qui pour le coq estoyent aux Alpes vnis.

XXIX.

La vefue saincte entendant les nouuelles,
De ses rameaux mis en perplex & trouble:
Qui sera duict appaiser les querelles,
Par son pourchas de razes fera comble.

XXX.

Par l’apparence de faincte saincteté,
Sera trahy aux ennemis le siege.
Nuict qu’on cuidoit dormir en seureté,
Pres de Brabant marcheront ceux du Liege.

XXXI.

Roy trouuera ce qu’il desiroit tant,
Quand le Prelat sera reprins à tort:
Responce au Duc le rendra mal content,
Qui dans Milan mettra plusieurs à mort.

XXXII.

Par trahison de verges à mort battu,
Prins surmonté sera par son desordre:
Conseil friuole au grand captif sentu,
Nez par fureur quant Berlch viendra mordre.

XXXIII.

Sa main derniere par Alus sanguinaire,
Ne se pourra par la mer garentir:
Entre deux fleuues craindre main militaire,
Le noir l’ireux le fera repentir.

XXXIV.

De feu voulant la machination,
Viendra troubler au grand chef assieger:
Dedans sera telle sedition,
Qu’en desespoir seront les profligez.

XXXV.

Pres de Rion, & proche à blanche laine,
Aries, Taurus, Cancer, Leo, la Vierge,
Mars, Iupiter, le Sol ardera grand plaine,
Bois & citez lettres cachez au cierge.

XXXVI.

Ne bien ne mal par bataille terrestre,
Ne paruiendra aux confins de Perouse,
Rebeller Pise, Florence voir mal estre,
Roy nuict blessé sur mulet à noire house.

XXXVII.

L’oeuure ancienne se paracheuera,
Du toict cherra sur le grand mal ruyne:
Innocent faict mort on accusera,
Nocent cache, taillis à la bruyne.

XXXVIII.

Aux profligez de paix les ennemis,
Apres auoir l’Italie superee,
Noir sanguinaire, rouge. sera commis,
Feu, sang verser, eau de sang coloree.

XXXIX.

L’enfant du regne, par paternelle prinse
Expolier sera pour le deliurer:
Aupres du lac Trasimen l’axur prinse,
La troupe hostage par trop fort s’enyurer.

XL.

Grand de Magonce pour grande soif esteindre,
Sera priué de sa grande dignité:
Ceux de Cologne si fort le viendront plaindre,
Que la grand groppe au Rhin sera ietté.

XLI.

Le second chef du regne d’Annemarç
Par ceux de Frize & l’Isle Britannique,
Fera despendre plus de cent mille març
Vain exploicter voyage en Italique.

XLII.

A Logmyon sera laissé le regne,
Du grand Selin plus fera de faict:
Par les Itales estendra son enseigne,
Regi sera par prudent contrefaict.

XLIII.

Long temps sera sans estre habitee,
Où Signe & Marne autour vient arrouser:
De la Tamise & martiaux tentee,
De ceux les gardes en cuidant repousser.

XLIV.

De nuict par Nantes Lyris apparoistra,
Des arts marins susciteront la pluye:
Vrabiq goulfre, grande classe parfondra,
Vn monstre en Saxe naistra d’ours & truye.

XLV.

Le gouuerneur du regne bien sçauant,
Ne consentir voulant au faict Royal:
Mellile classe par le contraire vent
Le remettra à son plus desloyal.

XLVI.

Vn iuste sera en exil renuoyé,
Par pestilence aux confins de Nonseggle,
Response au rouge le fera desuoyé,
Roy retirant à la Rame & à l’Aigle.

XLVII.

Entre deux monts les deux grands assemblez.
Delaisseront leur simulté secrette:
Brucelle & Dolle par Langres accablez,
Pour à Malignes executeur leur peste.

XLVIII.

La saincteté trop feinte & seductiue,
Accompagné d’vne langue diserre:
La cité vieille, & Parme trop hastiue,
Florence & Sienne, rendront plus desertes.

XLIX.

De la partie de Mammer grand Pontife,
Subiuguera les confins du Danube:
Chasser la croix, par fer raffé ne riffe,
Captifs, or, bague plus de cent mille rubes.

L.

Dedans le puys seront trouuez les os,
Sera l’inceste, commis par la maratre:
L’estat changé, on querra bruit & los,
Et aura Mars atrendant pour son astre.

LI.

Peuple assemblé, voir nouueau expectacle.
Princes & Roys par plusieurs assistans,
Pilliers faillir, murs: mais comme miracle
Le Roy sauué & trente des instans.

LII.

En lieu du grand qui sera condamné,
De prison hors, son amy en sa place:
L’espoir Troyen en six mois ioins, mort né,
Le Sol à l’vrne seront peins fleuue en glace.

LIII.

Le grand Prelat Celtique à Roy suspect,
De nuict par cours sortira hors de regne:
Par Duc fertile à son grand Roy Bretaine,
Bisance à Cypres & Tunes insuspect.

LIV.

Au poinct du iour au second chant du coq,
Ceux de Tunes, de Fez, & de Bugie,
Par les Arabes, captif le Roy Maroq,
L’an mil six cens & sept, de Liturgie.

LV.

Au chalmé Duc en arrachant l’esponce,
Voile Arabesque voir, subit descouuerte:
Tripolis, Chio, & ceux de Trapesconce,
Duc prins, Marnegro & la cité deserté.

LVI.

La crainte armee de l’ennemy Narbon
Effrayera si fort les Hesperidues:
Parpignan vuide par l’aueugle d’arbon,
Lors Barcelon par mer donra les piques.

LVII.

Celui qu’estoit bien auant dans le regne,
Ayant chef rouge proche à hierarchie,
Aspre & cruel, & se fera tant craindre,
Succedera à sacré monarchie.

LVIII.

Entre les deux monarques esloignez,
Lors que le Sol par Selin clair perduë,
Simulté grande entre deux indignez,
Qu’aux Isles & Sienne la liberte renduë.

LIX.

Dame en fureur par rage d’adultere,
Viendra à son Prince coniurer non de dire:
Mars bref cogneu sera la vitupere,
Que seront mis dixsept à martyre.

LX.

Le Prince hors de son terroir Celtique
Sera trahy, deceu par interprete:
Roüant, Rochelle par ceux de l’Armorique
Au port de Blaue deceus par moyne & prestre.

LXI.

Le grand tappis plié ne monstrera,
Fors qu’à demy la pluspart de l’histoire:
Chassé du regne loing aspre apparoistra,
Qu’au faict bellique chacun le viendra croire.

LXII.

Trop tard tous deux les fleurs seront perdues,
Contre la loy serpent ne voudra faire:
Des ligueurs forces par gallots confondues,
Sauone, Albingue par monech grand martyre.

LXIII.

La dame seule au regne demeuree.
D’vnic esteint premier au lict d’honneur:
Sept ans sera de douleur exploree,
Puis longue vie au regne par grand, heur.

LXIV.

On ne tiendra pache aucune arresté,
Tous receuans iront par tromperie:
De paix & trefue, & terre & mer protesté.
Par barcelone classe prins d’industrie.

LXV.

Gris & bureau demie ouuerte guerre,
De nuict seront assaillis & pillez:
Le bureau prins passera par la serre,
Son temple ouuert, deux au plastre grillez.

LXVI.

Au fondement de la nouuelle secte,
Seront les os du grand Romain trouuez,
Sepulchre en marbre apparoistra couuerte,
Terre trembler en Auril, mal enfoüetz.

LXVII.

Au grand Empire paruiendra tout vn autre,
Bonté distant plus de felicité:
Regi par vn issu non loing du peautre,
Corruer regnes grande infelicité.

LXVIII.

Lors que soldats fureur seditieuse.
Contre leur chef feront de nuict fer luire:
Ennemy d’Albe soit par main furieuse,
Lors vexer, Rome, & principaux seduire.

LXIX.

La pitié grande sera sans loing tarder,
Ceux qui dônoyent seront contraints de prêdre:
Nuds Affamez de froid, soif, soy bander,
Les monts passer commettant grand esclandre.

LXX.

Au chef du monde le grand Chyren sera,
Plus outre apres ayme, criant, redouté:
Son bruit & los les cieux surpassera,
Et du seul tiltre victeur fort contenté.

LXXI.

Quand on viendra le grand Roy parenter
Auant qu’il ait du tout l’ame rendue:
Celuy qui moins le viendra lamenrer,
Par Lyons, aigles, croix couronne venduë.

LXXII.

Par fureur feinte d’esmotion diuine,
Sera la femme du grand fort violee:
Iuges voulans damner telle doctrine,
Victime au peuple ignorant immolee.

LXXIII.

En cité grande vn moyne & artisan,
Pres de la porte logez & aux murailles,
Contre Moderne secret, caue disant
Trahis pour faire sous couleur d’espousailles.

LXXIV.

La dechassee au regne tournera,
Ses ennemis trouuez des coniurez:
Plus que iamais son temps triomphera,
Trois & septante à mort trop asseurez.

LXXV.

Le grand pillot par Roy sera mandé,
Laisser la classe pour plus haut lieu atteindre:
Sept ans apres sera contrebandé,
Barbare armee viendra Venise craindre.

LXXVI.

La cité antique d’antenoree forge,
Plus ne pouuant le tyran supporter
Le manche feinct au temple couper gorge,
Les siens le peuple à mort viendra bouter.

LXXVII.

Par la victoire du deceu fraudulente,
Deux classes vne, la reuolte Germanie,
Le chef meurtry & son fils dans la tente,
Florence, Imole pourchassez dans Romaine.

LXXVIII.

Crier victoire du grand Selin croissant:
Par les Romains sera l’Aigle clamé,
Tiecin Millan et Genes y consent,
Puis par eux mesmes Basil grand reclamé.

LXXIX.

Pres de Tesin les habitans de Loire,
Garonne, Saone, Saine, Tain & Gironde,
Outre les monts dresseront promontoire.
Conflict donné Par granci, sumerge onde.

LXXX.

De Fez le regne paruiendra à ceux d’Europe,
Feu leur cité & l’anne tranchera.
Le grand d’Asie terre & mer à grand troupe,
Que bleux, peres, croix, à mort dechassera.

LXXXI.

Pleurs cris & plaints heurlemens, effrayeur,
Coeur inhumain, cruel, Roy & transy.
Leman les Isles, de Gennes les maieurs,
Sang espacher, fromfaim à nul mercy.

LXXXII.

Par les deserts de lieu libre & farouche,
Viendra errer nepueu du grand Pontife:
Assommé à sept auecques lourde souche,
Par ceux qu’apres occuperont le Cyphe.

LXXXIII.

Celuy qu’aura tant d’honneur & caresse.
A son entree de la Gaule Belgique.
Vn temps apres sera tant de rudesses,
Et sera contre à la fleur tant bellique.

LXXXIV.

Celuy qu’en Sparte Claude ne peut regner,
Il fera tant par voye seductiue:
Que du court, long, le fera araigner,
Que contre Roy fera sa perspectiue.

LXXXV.

La grand’cité de Tharse par Gaulois.
Sera destruite, captifs tous à Turban:
Secours par mer au grand Portugalois,
Premier d’esté le iour du sacre Vrban.

LXXXVI.

Le grand Prelat vn iour apres son songe,
Interpreté au rebours de son sens:
De la Gascogne luy suruiendra vn monge,
Qui fera eslire le grand prelat de Sens.

LXXXVII.

L’election faicte dans Frankfort,
N’aura nul lieu, Milan s’opposera:
Le sien plus proche semblera si grand fort,
Qu’outre le Rhin és mareschs cassera.

LXXXVIII.

Vn regne grand demourra desolé,
Aupres de l’Hebro se feront assemblees:
Monts Pyrenees le rendront consolé,
Lors que dans May seront terres tremblees.

LXXXIX.

Entre deux cymbes pieds & mains attachez,
De miel face oingt, & de laict substanté,
Guespes & mouchez, fitine amour fachez
Poccilateur faucer, Cyphe tenté.

XC.

L’honnissement puant abominable
Apres le faict sera felicité
Grand excuse pour n’estre fauorable,
Qu’à paix Neptune ne sera incité.

XCI.

Du conducteur de la guerre nauale,
Rouge effrené, suere, horrible grippe,
Captif eschappé de l’aisné dans la baste:
Quand il naistra du grand vn fils Agrippé.

XCII.

Prince de beauté tant venuste,
Au chef menee, le second faict trahy.
La cité au glaiue de poudre, face aduste,
Par trop grand meurtre le chef du Roy hay.

XCIII.

Prelat autre d’ambition trompé,
Rien ne sera que trop viendra cuider:
Ses messagers & luy bien attrapé,
Tout au rebours voit qui les bois fendroit.

XCIV.

Vn Roy iré sera aux sedifragues,
Quand interdicts feront harnois de guerre:
La poison taincte au succre par les fragues
Par eaux meurtris, morts, disant serre serre.

XCV.

Par detracteur calomnie à puis nay,
Quand istront faicts enormes & martiaux:
La moindre part dubieuse à l’aisnay,
Et tost au regne seront faicts partiaux.

XCVI.

Grande cité à soldats abandonnee,
On n’y eu mortel tumult si proche:
O qu’elle hideuse mortalité s’approche,
Fors vne offence n’y sera pardonnee.

XCVII.

Cinq & quarante degrez ciel bruslera
Feu approcher de la grand cité neuue
Instant grand flamme esparse sautera
Quand on voudra des Normans faire preuue.

XCVIII.

Ruyné aux Volsques de peur si fort terribles
Leur grand cité taincte, faict pestilent:
Piller Sol, Lune & violer leurs temples:
Et les deux fleuues rougir de sang coulant.

XCIX.

L’ennemy docte se trouuera confus.
Grand camp malade, & defaict par embusches,
Môts Pyrenees & Poenus luy serôt faicts refus,
Proche du fleuue descouurant antiques roches.

C.

Fille de l’Aure, asyle du mal sain,
Où iusqu’au ciel se void l’amphitheatre:
Prodige veu, ton mal est fort prochain,
Seras captiue, & des fois plus de quatre.

LEGIS CANTIO CONTRA INEPTOS CRITICOS

Quos legent hosce versus maturè censunto,
Profanum vulgus & inscium ne attrectato:
Omnesq; Astrologi, Blennis, Barbari procul sunto,
Qui aliter facit, is rite sacer esto.

Dodaj komentarz

Twój adres e-mail nie zostanie opublikowany. Pola, których wypełnienie jest wymagane, są oznaczone symbolem *

Step By Step